Edito octobre 2021


Chers paroissiens, un mois est déjà passé, j’ai déjà pu découvrir plusieurs réalités de la paroisse et je sais qu’il en reste évidemment beaucoup d’autres. Pour le moment, je prends le temps de regarder, d’écouter, je vous redis mon désir de vous rencontrer, vous connaître et je continuerai de libérer du temps pour aller chez les uns et les autres. Tout en restant dans cette découverte et parce que la connaissance ne peut être que mutuelle, je voudrais aussi vous partager quelques points qui me tiennent à coeur. Le premier qui me vient en tête est cette notion de disciple-missionnaire dont nous parle beaucoup le Pape François. En espérant ne pas trahir ses propos et son intention, voici ce que ce terme m’inspire.

«  Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : ‘‘Allez ! De toutes les nations faites des disciples’’ » (Mt 28,18). Le Christ s’approche puis les envoie. Il se fait proche, il établit ce lien profond avec les disciples et les envoie ensuite comme missionnaires. Disciples missionnaires, nous devons l’être nous aussi aujourd’hui : proches du Christ et envoyés par lui dans le monde. Or ce monde, notre monde, un sondage nous apprend ces jours-ci qu’il est peuplé à 52 % de personnes qui ne croient pas en Dieu. Comme le disait déjà le cardinal André Vingt-Trois, ces personnes, nos voisins, les habitants de notre quartier, ne nous demandent plus rien. Ils ne viennent pas à la messe, n’ont peut-être même plus l’idée de baptiser leurs enfants et encore moins de les inscrire au catéchisme. Certains vont encore passer par l’Église pour des funérailles, mais simplement par respect pour les convictions de la vieille tante (et avec « une célébration simple et assez rapide s’il vous plaît »). Je noircis un peu le tableau mais à peine. Bien sûr il reste des familles pratiquantes, bien sûr notre paroisse est vivante et jeune, mais il demeure qu’une grosse majorité des personnes autour de nous est dans cet état d’esprit.

Et c’est bien vers ces personnes que le Christ nous envoie. Comment les rejoindre ? En étant disciple-missionnaire ! En commençant donc à être réellement disciples : vivre proche du Christ, faire vivre notre communauté, nous investir dans des activités qui nous réjouissent et nous nourrissent. Disciples heureux, membres d’une communauté vivante, on deviendra, presque automatiquement missionnaires. En effet, inviter un voisin à la messe n’est pas simple, on devine qu’il ne sera pas forcément à l’aise, qu’il sera un peu perdu, surtout s’il n’y est jamais allé. Mais c’est normal puisque l’Eucharistie est le sommet de la vie chrétienne ! La marche est un peu haute pour un début. En revanche si on vient avec plaisir au café solidaire, si la formation du jeudi nous faire grandir, si nos enfants sont tout heureux d’aller voir les poules (vu leur succès je crois que ce sont les plus grandes missionnaires de la paroisse!) alors on proposera facilement au voisin de nous y accompagner. Chrétien ou non, croyant ou pas, il sera lui aussi heureux de venir jardiner, de rencontrer régulièrement d’autres couples ou de venir prendre une bière avec d’autres pères de famille. C’est par ces portes d’entrées que nos contemporains mettront un pied dans la paroisse, découvriront une communauté vivante, une charité vécue, une bienveillance incarnée… La curiosité les poussera alors vers la Source de notre joie ; comme les disciples jadis, nous leur ferons découvrir le Christ, Celui qui nous rassemble.

Soyons donc de véritables disciples : sachons vivre une réelle charité fraternelle, rendons notre paroisse la plus belle et accueillante possible. La joie de nous retrouver et d’accueillir sera alors naturellement missionnaire. Que le Christ insuffle en nous la soif de vivre et d’annoncer l’Evangile.

P. Arnaud

 

 

 

 

 

Père Arnaud


Lire la suite
Horaires de l'église

Horaires de l'église

Les messes :

Messes dominicale :

le samedi à 18h30

et dimanche à 9h et 11h. 

Messe en semaine :

du mardi au vendredi à 8h30.

 

Laudes :

du mardi au vendredi : 8h

 

Adoration :

le mardi de 20h à 21h30

 

LETTRE PASTORALE DE MGR MICHEL AUPETIT POUR LE DIOCÈSE DE PARIS

Lire la suite

Pour vivre un temps d'oraison (un temps de prière personnelle devant Dieu), il faut décider le temps que l'on va y consacrer. Peut-être le prévoir pour la semaine qui vient. Il vaut mieux que ce soit court et que l'on tienne dans le temps, plutôt de prendre un temps trop long et d'arrêter au bout d'un jour.

Ensuite, on trouve un lieu calme où on peut être seul avec Dieu sans être dérangé.

On fait un signe de croix sur soi.

On se met en présence de Dieu ('Seigneur, tu es là', 'Je suis là pour toi', 'je te donne ce temps et je veux t'écouter dans le silence', 'je suis là pour faire ta volonté').

On demeure en silence en mettant son attention à chercher Dieu.

On peut lire un passage d'Evangile (celui du jour par exemple) et on s'arrête ce qui nous donne du goût, de la joie.

On demeure avec le Seigneur dans le silence et le désir de faire Sa volonté. Qu'est-ce qui se passe en moi ? Qu'est-ce que le Seigneur me dit ? Qu'est-ce que je devrais faire pour être ajusté à sa Volonté ?  

On finit en confiant quelques intentions de prière.

On dit un Notre Père et un Je vous salue Marie.

On fait un signe de croix.

 

--------------------------------------------------

 

 

Paroisse Sainte Rosalie


50 Boulevard Auguste Blanqui

75013 Paris

Tel.: 01 43 31 36 83

Email : paroisse [at] sainte-rosalie.rog

Liens de la paroisse


Liens partenaires