Ce Rosalien du mois d’Avril sort le jour de Pâques. Nous savons l’importance de cette fête, qui clôture toute la Semaine Sainte, et qui est au fondement de notre foi. « Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est notre foi » (1 Co 15,17) nous prévient Saint Paul. Si le Christ n'a pas vaincu la mort par son obéissance confiante au Père, nous ne pouvons pas entrer dans la même attitude qui est justement le propre de la foi.

Rester fidèle au Père en toute chose, ne jamais être complice du mal, marcher dans la justice, répondre aux appels de l’Esprit Saint, voilà le propre de la vie du croyant. Et c’est cette foi en acte qui est appelée à transfigurer nos vies et à rayonner autour de nous.

Le temps pascal est le temps de la mission. Nous allons lire, dimanche après dimanche, le livre des Actes des apôtres. Nous allons voir comment les apôtres, incapables de suivre Jésus au moment de la passion et calfeutrés chez eux après sa crucifixion, vont oser sortir de leur enfermement pour proclamer la Bonne Nouvelle du Christ ressuscité. Nous allons suivre saint Paul dans ses voyages missionnaires, affrontant le danger des voyages et des persécutions pour aller porter cette Bonne Nouvelle jusqu’aux confins du monde.

Nous savons que la mission est inhérente à la vie de l’Eglise. Être missionnaire, ce n’est pas aller convaincre les gens de penser comme nous, ce n’est pas, dans un désir de puissance inavoué, vouloir que nos églises soient pleines, c’est aller témoigner d’une présence bienveillante auprès de chacun et lui dire que sa vie est belle, qu’il est aimé, et qu’il peut se libérer des idolâtries du monde. C’est l’aider à marcher dans la foi pour grandir en liberté et cheminer dans une vie toujours plus féconde.

Vous trouverez dans ce Rosalien un témoignage de Léa qui a reçu le baptême en ce jour de Pâques. Elle nous dit comment la découverte du Christ durant son chemin catéchuménal, a éclairé son existence et lui a donné la joie d’une vie qui prend sens. Beaucoup de nos contemporains sont aujourd’hui fatigués de la vie. Ils ont le sentiment que le monde est dur, que chacun cherche exclusivement son propre intérêt et qu’il faut toujours se battre pour réussir. Qu’elle est belle dans ce contexte, la parole qui invite à la paix, à la confiance, à une vie fraternelle authentique, à l’attention aux plus petits. « Nous portons ce trésor dans des vases d’argile » nous prévient saint Paul. Oui, nous avons chacun nos fragilités, nos inconstances, nos doutes mais cela ne doit pas nous empêcher de partager ce trésor de la foi qui est notre soutien solide.

Dans les semaines qui viennent, un certain nombre d’enfants et de jeunes vont recevoir le baptême ou communier pour la première fois, d’autres vont commencer leur chemin vers la confirmation ou professer solennellement leur foi. Nous savons à quel point il est important d’éveiller la foi chez les jeunes. Quelle lumière quand ils découvrent que la vie ne vient pas du néant mais d’un Dieu qui nous a créés et qui nous accompagne, quelle force quand ils découvrent que la vie est belle quand elle est donnée et  qu’ils commencent à discerner quelle va être leur place dans l’église et dans le monde pour être heureux et être fécond, quelle espérance quand ils mesurent qu’aucune difficulté ne pourra les séparer de l’amour du Christ et qu’ils pourront toujours s’appuyer sur lui, comme sur un ami bienveillant qui leur montre le chemin.

L’évangélisation des jeunes doit demeurer une priorité. La déchristianisation qui se poursuit fait que beaucoup d’eux n’ont jamais entendu parler de l’Evangile et ils doivent se construire dans un monde complexe, où tout est possible, sans beaucoup de repères pour guider leurs actions. Puissions-nous dans nos familles et dans notre communauté mettre nos forces et nos énergies pour les rejoindre, les accompagner et leur donner une espérance. La violence qui a pu sévir entre bande de jeunes ces dernières semaines nous rappellent l’urgence de cette mission et la nécessité que des adultes soient à leur côté pour les aider à régler leurs problèmes et se construire.

« Malheur à moi, si je n’annonce pas l’Evangile » nous rappelle saint Paul. Oui que ces fêtes de Pâques raffermissent notre foi et renouvellent notre ardeur missionnaire !

 

 P. Lionel Dumoulin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paroisse Sainte Rosalie


50 Boulevard Auguste Blanqui

75013 Paris

Tel.: 01 43 31 36 83

Email : paroisse [at] sainte-rosalie.rog

Liens de la paroisse


Liens partenaires